TEST de Football Manager 2021 : Toujours plus haut, toujours plus incontournable

Alors que le football nouvelle génération avec FIFA 21 débarquera en fin de semaine prochaine, un aperçu du futur du ballon rond, côté gestion, est déjà dans les bacs depuis ce mardi 24 novembre 2020. Eh oui, une fois de plus, Football Manager débarque, avec une édition 2021 bien décidée à marquer les esprits. Et à donner un avant-goût de la suite ?

L’évocation de Football Manager est toujours un moment particulier pour le fan de foot, le vrai, le pur, le dur. Car seul lui pourrait et peut accepter de passer d’innombrables heures devant son écran de PC – ou sa Xbox – à faire défiler des écrans de statistiques et à interagir avec des lignes de dialogue. Mais le vrai sait que derrière toutes ces données figées se cache un trésor inestimable : alors qu’on apprenait il y a peu que des agents de joueurs avaient fait pression auprès des développeurs anglais de Sports Interactive, alors que certains clubs continuent à bosser – dans le plus grand des secrets ou plutôt dans la plus grande discrétion – avec la base de données on ne peut plus riche, vaste et précise, Football Manager a bel et bien entériné son statut de bible du football mondial. Bible mais aussi incroyable dénicheur de talents, avec des estimations de potentiel de joueurs et de futurs cracks proche de la perfection (quant à Erling Haaland, hein…)

Forcément, la sempiternelle question autour d’une nouvelle version de FM est toujours la même : doit-on repasser à la caisse ? Le studio londonien a-t-il suffisamment d’arguments pour justifier d’acheter une nouvelle version et de ne pas se contenter d’attendre un éventuel patch ou mise à jour faite par des fans ou des sites de passionnés sur la Toile ? Selon les années et les versions, la réponse peut varier mais cette fois, il s’agirait bien d’un oui. Car il est indéniable que du côté de nos amis anglais, on a fait un travail de refonte, certes très élaboré en surface, mais néanmoins pas dénué d’impact sur le fond. 

Le football dont tu es le héros

Le premier changement est visuel : année après année, Sports Interactive soigne l’emballage et l’accessibilité de son jeu. Comment ? Avec une mise en scène plus prononcée des interactions les plus importantes. Les conférences de presse sont désormais systématiquement illustrées, avec un visuel 3D d’un auditorium. Idem pour certaines réunions en interne mais aussi les discussions privées entre les quatre murs de votre bureau de coach avec les éléments perturbateurs de votre groupe ou ceux qui ne sont tout simplement pas content de leur temps de jeu. Toujours soucieux d’être un jeu où tout est cliquable, avec une interaction pour chaque clic. On peut désormais interagir avec qui on veut, au moment où on le souhaite. Notamment les agents de joueurs, avec une réalité fidèle à celle du football actuel : avoir un représentant officiel d’une des pépites du ballon rond dans votre giron – ou du moins entretenir de bons contacts avec lui – peut derrière aboutir à un petit portefeuille de joueurs… 

Mais là où Football Manager 2021 franchit véritablement un cap, c’est dans son approche et son analyse des matches, son cheval de bataille désormais, tant la base de données – on n’aura de cesse de le répéter, a fait ses preuves –  est parfaite (ou presque) et n’a pas besoin d’un changement dans la profondeur. Autant lever le suspense tout de suite : le moteur 3D tant décrié par le passé est toujours au rendez-vous. Et autant continuer dans ce sens : c’est toujours pas terrible à l’écran en termes de rendu. Mais – peut-être pour un baroud d’honneur – ce dernier n’a jamais semblé aussi sexy que cette saison, avec de nouvelles gestuelles pour les joueurs, une mise en scène plus affirmée (entrées, célébrations énergiques, échauffements) et une utilisation de la V.A.R. fidèle à la réalité, à ceci près que les choix des arbitres n’est pas forcément justifiable vu la qualité du moteur (en gros, c’est réaliste quoi !).

Pour emballer le tout, l’interface de gestion de la rencontre a profondément changé. On le sent dès le début d’une rencontre, avec une simili de feuille de match pour annoncer les équipes (plutôt bien faite). Les informations d’ordinaire affichées dans des onglets spécifiques, comme les résultats des autres matches, le classement en direct, les stats précises des joueurs adverses, la formation adverse, sont désormais affichables dans un écran totalement personnalisable. Cela n’est peut-être qu’un détail pour vous à la lecture de ces lignes, mais pour le joueur de FM que je suis et que bon nombre d’entre nous sont, cela veut dire beaucoup. Cela veut surtout dire une expérience, en dehors des actions visibles en match, encore plus poussée, avec des infos à portée de main. Encore un bon point pour l’accessibilité. 

Un coach plus réactif mais pour quel impact ?

Outre la règle des cinq changements (sah, quel plaisir), les fans de stats et les observateurs du football seront ravis de voir les expected goals ou fameux xG si chères à nos confrères de Canal +, débarquer. Pour rappel, il s’agit d’une statistique reposant sur un algorithme, qui détermine la probabilité (score de 1) ou non (score de 0) pour une frappe cadrée d’être convertie en but. Si les frappes cadrées étaient déjà un indicateur fort d’une domination dans une partie, avec les expected goals, vous saurez un peu plus précisément si vous avez bel et bien obtenu le résultat auquel vous pouviez prétendre.

La causerie et les différentes interactions avec la presse ont aussi changé. Dans un souci de réalisme, vos propos pourront être associés à des gestes. Ainsi on pourra agiter les bras de dépit, serrer le poing de conviction ou, c’est notre feature préférée, balancer une bouteille d’eau à travers le vestiaire. Rien que ça. On est loin de la chaussure balancée par Sir Alex Ferguson à la tête de David Beckham dans le vestiaire de Manchester United mais cet ajout est on ne peut plus appréciable. On aurait juste aimé pouvoir voir la scène retranscrite, même avec le moteur 3D daté du jeu, pour pouvoir totalement valider cette nouvelle mécanique.

Car, comme d’hab, l’impact de vos propos sur la durée auprès de vos joueurs est toujours discutable. D’ailleurs, ces derniers ont gagné en ego et en susceptibilité, puisqu’ils n’hésitent plus désormais à se plaindre régulièrement de leur traitement, de leur temps de jeu et sont très préoccupés par leur présence ou non en Coupes d’Europe ou en sélections nationales. Les clashs sont légion mais (trop ?) souvent, ces mêmes joueurs finissent par retrouver eux-mêmes la raison. Toujours est-il que la présence de ces nouveautés laisse surtout augurer du bon pour la licence. On connait la méthode de SI, qui aime distiller ces ajouts façon compte-gouttes et on peut légitimement attendre (espérer ?) une interaction encore plus forte et une immersion plus poussée dans les versions à venir. 

Quant à la Covid…

Enfin, comment ne pas être complet en évoquant la Covid-19, qui fait partie intégrante de cette nouvelle expérience ? Si la bataille d’egos est plus ou moins affirmée dans certains vestiaires (PSG, Real Madrid, FC Barcelone) il en va de même pour l’impact de la crise sanitaire sur les finances des clubs. Globalement, tout le monde est touché, avec un calendrier européen tardif (les compétitions type Ligue des Champions pas avant mi-octobre par exemple) et un budget transferts réduit drastiquement (ouch). Du moins au début. En ce qui nous concerne, les dirigeants parisiens ouvraient un peu les cordons de la Bourse en janvier, pour vous permettre d’être actif sur le mercato d’hiver. Et les stades, malgré la pandémie, sont bien remplis (tout comme dans FIFA et PES). Pas forcément raccord avec ce qui se passe actuellement chaque week-end dans les stades, c’est sûr.

Preuve que du côté de SI, on ne peut pas correctement « gérer » ce paramètre sur la durée, ce qui n’est pas du tout rédhibitoire, puisque cette pandémie est difficilement gérable et gérée dans le monde entier. On peut compter sur les développeurs pour être réactifs avec les prochains patchs et mises à jour de leur jeu pour apporter quelques nouveautés (des tests PCR pour les équipes ou des cas de Covid chez certains joueurs et donc une mise en quarantaine ?), qui ne sauraient que renforcer le réalisme toujours plus prégnant de la licence. En définitive : cette année, pas de doute, Football Manager 2021 sera encore un indispensable de votre bibliothèque. Encore plus en ces temps de confinement, reconfinement, déconfinement, histoire d’apprécier les changements apportés par Sports Interactive à son petit bébé.

No votes yet.
Please wait...