Phil Spencer explique comment sont payés les développeurs des jeux sur le Xbox Game Pass

Pour les joueurs, le Xbox Game Pass est un service indubitablement intéressant du point de vue du rapport qualité-quantité-prix. Mais comment les éditeurs et développeurs s’y retrouvent-ils financièrement ? Comment Microsoft obtient la présence des jeux tiers sur son service ? Ce sont des questions auxquelles Phil Spencer a récemment répondu.


À lire aussi : Phil Spencer exprime ses regrets vis-à-vis de Halo Infinite et parle de « Craig »


Nous vous avons déjà parlé à plusieurs reprises de l’entretien fleuve accordé par Phil Spencer au site The Verge. Au menu de cette discussion avec le grand patron de Xbox se trouvait sans surprise le Xbox Game Pass. Le service, au coeur de la stratégie de Microsoft en matière de jeux vidéo, permet évidemment à ses abonnés de jouer aux jeux First Party des studios du géant américain, mais aussi de s’essayer à de nombreux jeux d’éditeurs et studios tiers.

Sachant que le modèle économique derrière le Xbox Game Pass est totalement différent de celui grâce auquel ces derniers gagnaient leur argent jusqu’à présent, il est possible de se demander comment Microsoft les rémunère pour obtenir la présence de leurs jeux au sein du catalogue de son service. Au cours de cette interview, Phil Spencer a apporté un certain nombre de précisions à ce sujet :

Je dirais que nos contrats vont dans tous les sens. Ça donne l’impression que les choses ne sont pas supervisées mais les accords sont vraiment conçus à partir des besoins des développeurs. Une des situations vraiment cool est lorsqu’un développeur, généralement de petite ou moyenne taille, commence à travailler sur un jeu et vient nous voir pour nous dire « hé, nous sommes prêts à mettre notre jeu dans le Game Pass à sa sortie si vous nous donnez tant de dollars maintenant. » Nous avons la possibilité de créer pour eux une garantie en termes de réussite commerciale de leur jeu. Ils savent qu’ils recevront au moins une somme fixe.

Dans d’autres cas, nous pouvons financer l’intégralité des coûts de production du jeu. Ils récupèrent dans ce cas le fruit de toutes les ventes qu’ils réalisent en parallèle à la présence du jeu sur le Game Pass. Ils peuvent vendre leur jeu sur PlayStation, sur Steam, sur Xbox et sur Switch. Ils se protègent ainsi face à d’éventuels risques commerciaux. Le jeu va être produit quoi qu’il arrive. Ils obtiennent tous les bénéfices liés aux ventes du jeu et nous obtenons l’opportunité de proposer le jeu sur le Game Pass dès le jour de sa sortie. Dans ce cas précis, il est question du payement forfaitaire versé au développeur.

Parfois, le développeur en a fini avec (l’exploitation commerciale de) son jeu et la transaction correspond simplement à « hé, nous acceptons de mettre notre jeu dans le Game Pass si vous nous payez telle somme. »

D’autres désirent des accords liés à l’utilisation des jeux et leur monétisation, qu’il s’agisse d’une monétisation générée via des transactions dans une boutique, ou via l’utilisation du jeu. Nous sommes ouverts à l’idée d’expérimenter des choses avec de nombreux partenaires différents car nous ne pensons pas avoir déjà trouvé la bonne solution.

Quand nous avons lancé le Xbox Game Pass, nous disposions d’un modèle totalement lié à l’utilisation (des jeux). Mais la plupart de nos partenaires nous ont dit « ouais ouais, nous avons bien compris mais nous n’y croyons pas donc contentez vous de nous donner l’argent tout de suite. 

Malheureusement pour les curieux, Phil Spencer ne donne pas d’exemples de jeux correspondant aux différents cas de figure. Il est en tout cas intéressant de découvrir qu’il est possible que des jeux tiers sortis sur PlayStation, Switch ou PC aient été financés par Microsoft.

Première phase a priori réussie

Pour rappel, Aaron Greenberg de Microsoft a déclaré plus tôt cette année que le Xbox Game Pass ne rapporte pour l’instant pas beaucoup d’argent à Microsoft. De son côté, Phil Spencer a insisté sur le fait que le modèle du Xbox Game Pass était durable et a insisté sur le fait que les fans de Xbox n’avaient pas à s’inquiéter de la rentabilité de la chose.

Depuis le lancement du Xbox Game Pass, plusieurs studios et éditeurs se sont félicités de leur choix de proposer leur jeu sur le service de Microsoft. Et ce, pour diverses raisons. L’éditeur du jeu Descenders a par exemple affirmé que la présence du jeu sur le Game Pass avait fait exploser ses ventes. Le studio derrière le jeu CrossCode s’est quant à lui déclaré satisfait de sa décision de proposer le jeu sur le Game Pass pour des raisons aussi bien financières que de popularité du jeu. 

Pour imposer son service, Microsoft fait donc preuve de souplesse. Et les premiers retours du côté des joueurs et de l’industrie sont positifs. Si positifs, que Sony a récemment affirmé travailler à une réponse au Xbox Game Pass. Le service n’a donc pas fini de faire parler de lui.

No votes yet.
Please wait...