Moretsu Pirates

On m’a conseillé de regarder Symphogear. C’est joli, il y a de belles musiques, du beau spectacle, de joli concerts, des jolies filles… Mais j’ai toujours détesté le concept-même de la chanson utilisé comme arme de destruction massive. Vous imaginez les Power Rangers chanter en combattant ? Symphogear c’est exactement ça !

Nisemonogatari ? Je n’ai pas pu aller plus loin que l’episode 4 dans Bekemonogatari. Cette série avait le même effet que ces VN interminables pas traduites de certains H-games… surtout quand le bouton skip ne marche pas.

Highschool DxD ? heu… Ce sera mon nanar ecchi !

Capitaine Marika et le Bentenmaru, trouvé sur le compte twitter officiel

Enfin nous venons sur Moretsu Pirates. Si j’en parle ici, c’est que cette série mérite qu’on y jette un coup d’œil. L’histoire est très simple : Une lycéenne vit paisiblement sa vie quand tout à coup, BAM ! Elle devient capitaine d’un vaisseau pirate.

D’un côté, on sent du potentiel. Avoir pour capitaine un débutant qui ne connait absolument rien, ça s’est déjà vu dans the Irresponsible Captain Tylor. Et puis ça faisait un baille que je n’ai pas vu de combats de vaisseaux spaciaux… D’un autre côté on peut craindre le pire sur d’autres aspects. L’anime est tiré de romans portant le nom de « Pirates de l’espace en minijupe », ça commence dans un lycée, avec que des filles ! Et l’héroïne travaille même dans un maid-café ! Plans culottes à volonté ?

Et l’opening n’aide pas vraiment :

 

En faites, le rôle de cet opening serait surtout de nous griller quelques neurones. Vous n’aimez pas la musique ? Réécoutez-la :P Elle fait très Iosys.

Et qu’en est-il de la série ? Le 1er épisode pose les bases déjà évoqué plus haut. J’oubliais que l’héroïne a acquis le poste de capitaine pirate de manière tout à fait légale, qu’elle a bien reçue son permis de piraterieSa mère, c’est Miss Fortune, et il y a pas mal de mafieux qui ont l’air très méchant.

L’épisode 2 et suites prouvent que vous étiez con le contraire : Pas de gros piou-piou, ni de fan-service. Tous les éléments du 1er épisode laissaient à penser que l’action serait encore plus explosif par la suite. En faite ça se calme très vite pour ne pas précipiter les choses… Aussi fou que que semble le scénario, verrez-vous une gamine commander un équipage de vieux marins de l’espace assoiffé de rhum ? Le tout 10 minutes après avoir enfilé son costume de maid ? Le scénario semble débile et on va tout faire pour que ce soit cohérent, à commencer par le réalisme.

Pas de gravité dans les navires spaciaux, pas besoin de hublots, des poussés pour chaque changement de trajectoire (Revoir l’Op à 1:03), stratégies liés aux lois de Kepler et un fonctionnement hyper-protocolaire du vaisseau. Par contre il y a du son dans l’espace (on ne va pas trop en faire).

Marika fait partie d’un club de « navigatrices de l’espace », et c’est un excellent moyen pour elle d’apprendre rapidement les bases avec un vaisseau spacial « civil ». Admettons qu’il y ait des méchants qui en veulent à Marika, comment s’y prendraient-ils ? Avec un gros canon ? Ce serait le cas si le vaisseau était hors des frontières. Plus rigolo et plus subtile : le piratage informatique. Marika va devoir se défendre, voir-même de contre-attaquer malgré son inexpérience dans le domaine informatique. C’est dans ces moments qu’on prend connaissance de toutes les qualités de l’héroïne. Je dirais presque que Marika est un personnage parfait. À la fois mignonne, intelligente et adorable, ça ferait presque un personnage moe… mais sans le moe !

Ainsi la progression est lente, le début de la saison a l’air de se focalise sur l’apprentissage. Elle passe d’une bataille électronique à de la détection de navires fantômes pour arriver plus tard à de la baston qui fait piou piou… BOOM ! C’est un peu ce que l’on reproche à cette série, une fois l’épisode terminé : La progression est lente et on a l’impression qu’il ne s’est pas passé grand chose durant l’épisode. Mais c’est tellement fluide, que je n’ai pas eu l’impression de m’être fait chier. L’ending theme arrive beaucoup trop vite, pourtant ça dure bien 20 minutes O_o

 

Cette vidéo sera votre pire ennemie, d’un autre côté c’est un très bon ED

 

Après revisionnage pour prendre quelques screenshoots, je me surprend à revoir des épisodes entiers. C’est captivant, passionnant et avec plein de détails cool. Ou alors c’est juste les cheveux de l’héroïne que j’adore et qui ont un effet hypnotique. Pour résumer : Moretsu pirates, c’est moe sans être moe avec un scénario connement intelligent. Ça partait sur un nanar, mais c’est très serious business ! C’est aussi, de mon point de vue, un mélange entre un Starship Operators et un Madoka (mais bordel, quand va-t-elle devenir une magical pirate ??!!)

La saison fait 26 épisodes, je vous conseillerai d’attendre un peu pour commencer : 1 épisode par semaine, c’est aussi difficile que de jouer à Skyrim par tranche de 15 minutes tous les 3 jours.