Matez mon matos – Asus dévoile une armée de PC portables sous GeForce RTX 30

Asus fait donc partie des nombreux fabricants à avoir emboité le pas des annonces NVIDIA du 12 janvier dernier. La marque taiwanaise a ainsi largement mis l’accent sur ses nouveaux PC portables lors de sa conférence ROG dédiée à l’univers gaming, PC portables qui vont évidemment arborer des logo GeForce RTX 30 sur leurs châssis. Les gammes TUF, Strix et Zephyrus vont ainsi connaitre quelques bouleversements, mais plutôt que d’aborder l’ensemble des modifications apportées dans un descriptif qui s’annonçait aussi long qu’ennuyeux, nous avons pris le parti de mettre l’accent sur deux représentants qui nous ont semblé particulièrement intéressants.

Commençons cette revue de détails par le ROG Zephyrus Duo 15, un PC portable qui va marquer la poursuite de deux stratégies technologiques déjà développées par le fabricant auparavant : l’intégration de plus de composants AMD dans son lineup, et la volonté de proposer de nouvelles fonctionnalités basées sur l’utilisation d’un afficheur secondaire. Car c’est l’un des atouts de ce modèle Zephyrus : il dispose d’un second écran IPS de 14,1 pouces baptisé ScreenPad Plus et situé juste au-dessus du clavier. Ce dernier peut alors servir pour afficher des éléments complémentaires (réseaux sociaux, panneaux de configuration ou gestionnaires de streaming, par exemple), ou peut se transformer en une barre d’outils tactile et personnalisable à loisir. Parallèlement, la dalle principale se dote de spécifications haut de gamme : 2160p / 120 Hz ou 1080p / 300 Hz, toujours en IPS. Notez que les deux écrans profiteront d’une technologie de type Adaptive-Sync.

Et nous l’avons souligné coté composants, non seulement les utilisateurs vont pouvoir bénéficier des raffinements technologiques des nouvelles RTX 3060, 3070 ou 3080, mais en son cœur, le PC d’Asus embarque un processeur AMD de dernière génération, Ryzen 7 5800H ou 5900HX. Et bien entendu, tous les classiques des PC portables gaming sont de la partie : offre d’entrées sorties complètes, Wi-Fi 6, clavier rétroéclairé, 2 slots SSD M.2 pour la partie stockage, et la possibilité de recharger la machine via un des ports USB-C. Asus n’a pas communiqué de fourchette de prix pour le Zephyrus Duo 15, mais au vu de son positionnement en termes de fonctionnalités, il parait évident qu’il ne sera pas à la portée de tous.

Quant au second PC portable que nous souhaitions aborder, il s’agit d’un nouveau venu, le ROG Flow X13. Comme son nom le laisse supposer, il s’agit d’un modèle ultraportable 13 pouces convertible grâce à une charnière 360°, que l’on associerait plus volontiers à des tâches professionnelles qu’à des loisirs vidéoludiques. Pourtant deux éléments vont venir modifier sa finalité apparente. D’abord, le X13 sera équipé de solides composants internes, capable de soutenir une belle activité gaming : Ryzen 9 5980 HS, GTX 1650, et écran Full HD 120 Hz, dans le meilleur des cas. Ensuite, le X13 pourra être associé un module complémentaire, le ROG XG Mobile, un boitier externe pour GPU capable de contenir jusqu’à une RTX 3080.

Alors bien sûr, quand on parle eGPU, on imagine tout de suite un énorme boitier aussi bruyant qu’encombrant, et c’est bien normal : c’est ce à quoi le marché nous avait habitués jusqu’à présent. Sauf qu’Asus a imaginé une solution bien plus compact et fonctionnelle. Le boitier XG Mobile ne pèse ainsi qu’un kilogramme, pour des dimensions très modestes au regard de la concurrence : 208 x 155 par 29,6 mm. Et en prime du surplus de puissance graphique qu’il apporte, il ajoute des entrées et sorties supplémentaires : 4 USB 3.2 Type A, 1 port DGMI, 1 lecteur de carte SD, ou un port RJ45. Certes, l’interface de connection entre le PC et le boitier reste propriétaire, et l’utilisateur n’aura pas le choix du circuit graphique, ce dernier faisant l’objet d’une intégration particulière. Mais en matière de boitiers eGPU, c’est ce que nous avons vu de plus enthousiasmant depuis que cette tendance a vu le jour. Evidemment, il reste à voir ce que ce système a à offrir en termes de puissance ou de gestion du refroidissement. Des aspects que nous ne manquerons pas d’aborder si nous arrivons à mettre la main sur un exemplaire de test.

Au final, Asus nous offre un début d’année intéressant même s’il faut toujours rappeler qu’en matière de PC portable, rien ne vaut l’expérimentation pratique, une fiche de spécification sexy pouvant vite se transformer en un cauchemar quotidien, au détour d’un système de refroidissement ou d’un châssis qui ne remplirait pas correctement son rôle.

No votes yet.
Please wait...